La fin prochaine de l’aide à l’enrichissement ne leur convient pas du tout. « Il est urgent de trouver une solution à la fin de l’aide aux moûts concentrés pour la prochaine campagne », a expliqué Michel Servage, le président de la CFVDP. L’une des pistes évoquées par la France consisterait à autoriser, à titre dérogatoire et pour une durée annuelle renouvelable, les vignobles du Sud à chaptaliser. Le règlement de l’OCM le permet.

Michel Servage soulève aussi « un risque de déséquilibre du marché des vins. Le marché des MCR représente entre 3 et 5 millions d’hectolitres.Si ce débouché n’est plus assuré, ces hectolitres se retrouveront sur le marché du vin ».

Forte de ces arguments, la CFVDP demande qu’une mesure assure l’équité entre les vignobles chaptalisant et ceux pratiquant l’enrichissement par MCR.

« Cela pourrait passer soit par une aide à l’utilisation, comme c’était le cas jusqu’à présent, soit par une aide à la production de façon à limiter le prix de vente de ces MCR », précise le président de la CFVDP. Pour l’instant, les pouvoirs publics n’ont pas apporté de réponse à cette revendication.

Source:http://www.lavigne-mag.fr