Toutes les catégories de vins verraient leur production reculer par rapport à 2011 : -6 % pour les appellations et -4 % pour les vins aptes à la production d’eaux-de-vie. Le potentiel de vins à indication géographique protégée pourrait reculer de 12 %. Le niveau des autres vins et jus perdrait 15 % comparé à l’année dernière.

En Champagne, le gel de printemps a touché 3.000 ha. « En Bourgogne et dans le Beaujolais, le vignoble a subi des attaques intenses de mildiou », indique le service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture.

La coulure est présente dans le Languedoc-Roussillon, le Midi-Pyrénées et la Gironde, « mais, à ce jour, des incertitudes demeurent sur son impact sur le rendement ».

Estimation de récolte dans les principaux vignobles au 1er juillet :

  • Champagne : 2,6 Mhl (-10 % par rapport à 2011)
  • Bourgogne-Beaujolais : 2,38 Mhl (-8 %)
  • Alsace : 1,17 Mhl (-1 %)
  • Val de Loire : 2,6 Mhl (-13 %)
  • Charentes : 8,8 Mhl (-5 %)
  • Sud-Ouest : 3,6 Mhl (-9 %)
  • Bordelais : 5,8 Mhl (-5 %)
  • Languedoc-Roussillon : 12,9 Mhl (-12 %)
  • Vignobles du Sud-Est (hors Corse) : 5,39 Mhl (-4 %)

La plupart des vignobles accusent un retard par rapport à 2011, qui avait été une année exceptionnellement précoce. Il s’agit donc d’un retour à un calendrier phénologique plus normal.

Source:http://www.lafranceagricole.fr